Cette partie du site n'est plus pertinente dans la mesure où nous avons décidé de changer de lieu. Nous mettrons à jour cette partie dès que possible. Nous projetons de trouver un nouveau lieu dès 2016.

Le terrain et la maison

Le terrain de 9 305 m² est constitué de deux parties assez distinctes.

 

Un jardin d’agrément se trouve au Nord Est de la maison ancienne existante. De grands arbres, tel un cèdre, de bons et grands cerisiers et des platanes apportent de l’ombrage et des cachettes. Le projet d’aménagement du site permet de conserver en très grande partie cet ensemble paysager. Ces lieux seront peu endommagés pendant les travaux d’aménagement du site. Des séjours agréables peuvent y être possibles dès à présent et tout au long de la construction du projet. Une première forme de jardin potager collectif pourront ainsi aussi être mis en place.

 

Le reste de la parcelle est un grand champ totalement libre. Cette ancienne vigne sera le siège de la construction de 5 des 6 îlots et de la mise en place des stationnements et des réseaux. Dans l’ensemble, c’est un terrain bien exposé, ou tout le projet peut bénéficier d’apport solaire satisfaisant. Il est pour ainsi dire plan. Grâce à la création d’un projet en petits collectifs, les quelques 9000m2 ne seront couverts d’une emprise bâtie que de 20%. Un jardin d’un seul tenant de plus de 2500m2 sera disponible aux usages collectifs.

La grande maison de village existante est en limite Sud Ouest de la propriété. Sa surface est de 720 m2. Sa façade principale Sud s’ouvre sur la rue de Croix Haute.

 

Son premier usage était l’habitat d’agriculteurs et les espaces nécessaires à leurs activités variées. Puis elle devint la maison de la famille de Lise. Puis de Yves son mari et Ariane leur fille. Depuis 4 ans, ils cherchent à lui donner un nouveau sens, d’ou la naissance de ce projet d’habitat participatif. Lise et Yves font partie des futurs candidats habitants. Grâce à leur volonté de voir naître ce projet, cette maison nous est déjà ouverte avant la vente dont la décision viendra en juin 2015. C’est dans cette maison et son jardin paysager attenant que se déroulent nos rencontres. 

 

Une partie de la maison existante est pressentie pour accueillir la plupart des espaces collectifs. A ce jour il est envisagé plus de 300m2 d’espaces collectifs. On y trouverait par exemple :

-   - Une cuisine collective accessible depuis le jardin et sa salle à manger proche

-   - Une salle de jeux pour amateurs de 0 à 110 ans, offrant une extension possible de la salle manger.

-   - Une grande salle de 60m2 permettant diverses activités.

-   - Une bibliothèque - médiathèque

-   - Le bureau de l’association

-   - Quelques chambres d’amies et leurs sanitaires

-   - Il est aussi attendu une salle de médiation et autres activités calmes ou en retrait et aussi un espace permettant les petites activités manuelles et d’art plastique.

-   - Et les locaux et les dépendances nécessaire aux divers usages.

Ces multiples espaces, de tailles variables, permettront au groupe d’avoir des activités en simultané sans se gêner. 

 La structure ancienne comporte de nombreux niveaux et recoins nous envisageons de tendre vers L’accessibilité à mobilité réduite et la sécurité sera mise en place. C’est notre objectif pour accueillir la diversité. Des dispositions en fait qui facilitent la vie à tous.

 

D’autres espaces communs pourront être propres aux îlots (locaux techniques, buanderies, éventuellement chambres d’amis…). Chaque îlot restant libre de ses choix et de ses modes de mise à disposition.

 

Une maison pour le collectif mais pas seulement

Actuellement nous envisageons de mettre une partie de la maison à un usage privée pour du logement ou des activités. Nous aimerions bien garder la grande magnanerie. Elle nous fait rêver à de l’acrobatie ou toutes autres expressions artistiques, du cinéma, du théâtre, des conférences.... Mais les surfaces déjà pressenties sont déjà une belle surface d’autant que la vie en extérieur est le privilège d’un grand jardin et d’un climat favorable. Le choix de garder plus de surface dépendra des besoins et des moyens du collectif.

 

Un usage privatif aux plus proches des espaces communs, on peut trouver :

- Au premier étage 55 m2 pouvant devenir des bureaux ou cabinets

- Le 2ème étage de 65 m2 plutôt envisager en logement(s)

- Accessible en RDC sur rue, un grand garage de 95m2, pour une activité

- Au 1er étage, un plateau de 150 m2 par 7 m de hauteur sous faîtage. Cette ancienne magnanerie pourrait être le siège d’une activité particulière. Ou tout aussi bien être transformé en logement(s) et loft duplex.

Le programme et la configuration des espaces dépendent des programmes des usagés et de la contrainte du bâti existant. Des interactions entre les espaces collectifs et les espaces privés en découleront peut-être. 

 

Un usage ouvert à des non habitants

Il se peut que des espaces collectifs, ou que le collectif lui même, ouvre ponctuellement ou régulièrement des espaces à des personnes, membres de l’association ou d’associations amies. Notre collectif a une réelle volonté d’ouverture sur l’extérieur. Il nous restera d’en définir les lieux, les limites et leurs gestions.

 

Un aménagement en plusieurs temps

La maison et son jardin proche, permettront de disposer pendant les travaux des espaces d’accueil, bureaux et ateliers nécessaires. Par sa configuration, sa structure, un chantier peut-être mis en place pour disposer de grandes salles nécessaires à la vie collective. Notamment cette salle de 60 m2 qui pourrait déjà servir aux activités nous faisant oublier le chantier, en chantant, dansant, yogatisant, tailchiisant, méditant…

 

Petit historique de la maison

Maison St Hippo

La maison date du XIXème siècle. C'était une exploitation agricole de la période de l'extension de la vigne et du développement de la sériciculture. Elle comprenait :

  • une partie d'habitation pour les ouvriers de l'exploitation
  • une partie destinée à la culture des vignes et à la fabrication du vin, comportant une écurie, une cave à vin (avec le gros « foudre »), un vaste grenier et des remises pour ranger le matériel ; le terrain qui entoure la maison était aussi une vigne nommée « Le clos »
  • une magnanerie destinée à l'élevage des vers à soie ; la famille possédait aussi une maison de maître, accolée à une petite filature qui a été démolie dans les années 70.

La partie d'habitation était composée de trois pièces au premier étage et de trois pièces au deuxième étage, constituant trois appartements verticaux, avec la pièce de séjour en bas et la chambre à coucher pour toute la famille en haut. On peut remarquer que chaque pièce possède une cheminée et, qu'au premier, chaque pièce possède un évier (une « pile »).

 

La maison a été remaniée par le père de l'actuelle propriétaire dans les années 70. Certains communs sont devenus des pièces habitables : l'écurie est devenue une cuisine d'été ; le grenier a été ouvert pour constituer une terrasse et deux chambres ; la cave à vin est devenue la cave voutée ; la magnanerie a été consolidée. Un chauffage central à air pulsé a été installé. En 1986-87, la propriété s'accroît par l'acquisition de la vigne qui représente la majeure partie du terrain constructible.