Le Faubourg de Croix Haute

Croix haute
Café du quartier

Il ne s'agit pas d'une croix, mais d'une croisée de routes entre l'ancienne route de Nîmes, l'ancienne route de Ganges et la route de Montpellier ; le carrefour se situe au niveau de la fontaine.  Le quartier est dominé par la petite montagne (ou ancien Causse) qui s'appelle le Pié de Mar, sur lequel on peut observer les ruines du château médiéval de Roquefourcade. Peut-être construit pour se protéger des invasions sarrazines, ce château fut probablement détruit après la guerre contre les Cathares, lorsque le roi de France prit possession de la région. Le faubourg de Croix Haute est la partie la plus ancienne de Saint-Hippolyte ; on l'appelait Saint Hippolyte le Vieux ou Saint Hippolyte de la Roquefourcade par opposition au reste de l'agglomération qui était intitulée Saint Hippolyte de la Planquette (c.a.d. la petite planche, qui servait à traverser la rivière). C'est à partir de 1687, au moment de la construction du fort édifié contre les protestants, que la ville prit la dénomination de Saint Hippolyte du Fort.

 

 L'existence et la configuration de ce quartier s'expliquent aussi par la présence de la voie romaine des Ruthènes qui reliait Nîmes au Vigan en passant par Ganges. Une plaque signale l'« Ancienne route de Nîmes » qui a très certainement emprunté le trajet de la voie romaine ; on peut donc supposer que la voie romaine passait ensuite devant le n° 42 du faubourg de Croix Haute avant d'atteindre la fontaine et de continuer par l'« Ancienne route de Ganges ».

 

Le faubourg de Croix Haute s'explique aussi par la présence d'eau dans le sous-sol : en témoignent la grande fontaine de la place et les nombreux puits dans les jardins alentour.

Pour mention, il y a, sur les flancs du Pié de Mar, une source qui coule au goutte à goutte, et qui servait peut être à l'approvisionnement de l'ancien château-fort de la Roquefourcade.